ThomasLloyd Congrès

PRINCIPAL CONGRÈS EUROPÉEN, plateforme de connaissances et de baromètre de tendances

Congrès européen ThomasLloyd Cleantech

Depuis des années, ThomasLloyd construit des ponts, d'une part, entre les investisseurs européens et les entreprises technologiques et, d'autre part, entre les développeurs de projets, les communes et les gouvernements asiatiques, par le bais du ThomasLloyd Cleantech Congrès Europe. Le congrès se positionne en tant que plateforme de connaissances et de baromètre de tendances pour les décideurs du secteur financier, les investisseurs, les consultants et les développeurs de projets orientés vers l'infrastructure des énergies renouvelables en Asie.

PARTICIPANTS

Plus de 6000 visiteurs sur le site et 15 000 en direct via sur internet

 

SALON CONNEXE

Salon international connexe avec des exposants de l'industrie et des ONG asiatiques.

 

INTERVENANTS (EXTRAIT):

  • Président Bill Clinton, Fondateur de la «Clinton Foundation»,  42. Président des États-Unis d’Amérique
  • Prof. Dr. Justin Yifu Lin, Ancien économiste en chef et vice-président de la Banque mondiale (2008-2012)
  • Lord Nicholas Stern, Ancien économiste en chef et vice-président de la Banque mondiale (2000-2003)
  • Prof. Dr. Dr. mult. Klaus Töpfer, Ministre de l’environnement ret.
  • Prof. Dr. Dr. Hans-Werner Sinn,Directeur de l'Institut Ifo (institut de recherche économique)
  • Arnold Schwarzenegger, 38. Gouverneur de l’État fédéral de Californie
  • Scheich Abdul Aziz bin Ali Al Nuaimi, Membre de l'une des familles royales des Émirats Arabes Unis

Vidéos

Décisionnaires et visionnaires

L'ancien président des États-Unis Bill Clinton s'est également prononcé dans son allocution en faveur d'un renforcement des investissements dans les énergies renouvelables en Asie du Sud-Est. Il considère lui aussi que la diminution de l'indépendance face aux importations d'énergies fossiles constitue un moteur important. De bonnes conditions générales politiques et une forte réduction des prix, principalement dans le domaine du photovoltaïque, constitueraient pour cela des conditions.

« Si j'étais à la tête d'un pays en Asie du Sud-Est, je m'efforcerais de créer autant d'énergie verte et durable que possible. J'utiliserais et je vendrais cette énergie pour constituer un portefeuille important de ressources renouvelables et pour maintenir les coûts du transport d'énergie verte à un niveau bas, de telle manière que les pays et les communes deviennent plus indépendantes des importations d'énergie (...) – les pays ASEAN ont ainsi un potentiel important ». Telle est l'analyse formulée par Bill Clinton, l'ancien président des États-Unis, lors du congrès ThomasLloyd de 2014.

Président Bill Clinton, Fondateur de la «Clinton Foundation», 42. Président des États-Unis d’Amérique


L'ancien économiste en chef et vice-président de la Banque mondiale, Prof. Dr. Justin Yifu Lin, a étayé à l'aide de statistiques actuelles et e chiffres impressionnants le développement économique positif de l'Asie et a souligné les besoins en investissements considérables dans la région. Pour Justin Yifu Lin, l'âge d'or de l'Asie se poursuivra également à l'avenir. La Chine a par exemple le potentiel d'atteindre, y compris au cours des 20 prochaines années, une croissance économique annuelle de 8 points.

L'Asie a besoin au cours d'une période de dix ans de 8,2 milliards d'USD pour le développement des infrastructures nationales. Les besoins en investissements à l'échelon régional s'élèvent à 320 milliards d'USD.

Prof. Dr. Justin Yifu Lin, ancien économiste en chef et vice-président de la Banque mondiale


Les participants ont pu se faire une idée très personnelle de l'engagement social et politique en faveur des énergies renouvelables en écoutant Arnold Schwarzenegger, le 38ème gouverneur de Californie et l'un des porte-parole les plus connus de Cleantech aux États-Unis. Schwarzenegger aime évoquer l'image d'une chaise qui n'est stable qu'en reposant sur quatre pieds. Ce n'est qu'en complétant les efforts en vue d'éviter le changement climatique par l'ajout des piliers que sont la création de nouveaux emplois, l'aspect de la sécurité nationale résultant d'une plus grande autonomie énergétique et la prévention des risques sanitaires consécutifs à une pollution de l'environnement que l'on considère le problème dans toute sa globalité. L'ancien gouverneur a résumé à Francfort également son message et sa recette de succès pour la protection de l'environnement par une formule tout aussi simple et imagée.

Les réussites ne s'obtiennent pas en se contentant de pointer les conséquences négatives du changement climatique mais elles passent par l'action et par des impulsions positives. « Vous pourrez bien entendu continuer à chauffer votre jacuzzi, mais ce sera alors à l'électricité solaire », conseille celui qui, âgé à présent de 65 ans, a inculqué très tôt à ses enfants à économiser l'énergie.

L'air n'est ni conservateur ni libéral. L'air que nous respirons est le même pour tous. L'eau n'est ni conservatrice ni libérale. L'eau que nous buvons est la même pour tous.

Arnold Schwarzenegger, 38. Gouverneur de l’État fédéral de Californie


Une attitude positive partagée par Prof. Lord Nicholas Stern, auteur du rapport Stern qui porte son nom, et qui a étudié pour la première fois dès 2006 les conséquences économiques du changement climatique. Après avoir écouté les discussions avec l'élite politique et économique, Stern a partagé les enseignements qu'il a tirés de sa visite du Forum économique mondial de Davos.

Le développement durable et le changement climatique sont devenus une sujet majeur pour la politique mondiale. Il s'agit d'un signal positif et durable pour tous les investisseurs misant sur le développement des énergies renouvelables et des infrastructures.

Prof. Lord Nicholas Stern, économiste global de renom et Chairman LSE Grantham-Institut


Son Excellence le cheikh Abdoul Aziz ben Ali Al Nuaimi, l'un des plus importants activistes mondiaux en faveur de l'environnement et surnommé le « cheikh vert », a lancé l'appel du jour sans doute le plus chargé d'émotion. Le développement durable et le sens des responsabilités ne sont pas qu'une simple question de fourniture d'énergie, explique son Excellence Abdoul Aziz ben Ali Al Nuaimi. Il a plaidé, face à toutes les personnes présentes dans la salle, en faveur du respect pour la création, de la responsabilité vis-à-vis des prochaines générations et d'une gestion respectueuse des ressources naturelles dans leur ensemble. En sa qualité de représentant de l'une des familles régnantes aux Émirats Arabes Unis, riches en pétrole, il est aussi particulièrement conscient de sa responsabilité personnelle.

Le développement durable et le sens des responsabilités ne sont pas qu'une simple question de fourniture d'énergie. Le respect pour la création, la responsabilité vis-à-vis des prochaines générations et une gestion respectueuse des ressources naturelles dans leur ensemble sont très importants.

Son Excellence le cheikh Abdoul Aziz ben Ali Al Nuaimi, Ambassador of World Green Citizen


Le site web utilise des « cookies ». En continuant à utiliser ce site web sans désactiver les cookies, vous consentez à l'utilisation des cookies. Weitere Informationen

Die Cookie-Einstellungen auf dieser Website sind auf "Cookies zulassen" eingestellt, um das beste Surferlebnis zu ermöglichen. Wenn du diese Website ohne Änderung der Cookie-Einstellungen verwendest oder auf "Akzeptieren" klickst, erklärst du sich damit einverstanden.

Schließen